Emotions inattendus donnèes par la mère nature

Je cherche depuis 2 ans l’histoire du vol du tète-chèvre qui fréquente “le trou d’Olmè”: c’est ansi que nous avons surnommé une petite zone qui se trouve dans la commune de Goggio Montano.
La “buca di Olmé” (trou d’Olmé) est un grand trou  bien exposé et à l’abri de vents; il a une pinière, une épaisse fourré, beaucoup de champs incultes, mais il y a aussi beaucoup de  champs d’herbe et céréales, en outre il y a de flaques d’eau et il y a très peu de caisses des agriculteurs.
Il y a beaucoup d’animaux différents et intéressants: ils sont le jean le blanc, l’Autour, l’épervier, l’aigle, le porc-épic, la fouine, le renard, le blaireau, et en outre il y a les ongulés: le daim, le cerf, le chevreuil et le sanglier.
Malheureusement, je n’ai pas beaucoup de nouvelles à l’egard du tète-chèvre, donc je veux vous raconter d’une émotion qui j’ai vécu à l’aube d’une chaude dimanche de juillet.
Je suis arrivé sur le lieu à la tombée de la nuit  parce que je ne voulai pas déranger les animaux, en outre le tète-chèvre mange seuleument pendant la nuit et à l’aube il disparaît mystérieusement; en effet, cet oiseau se camoufle perfeitement sur les branches secs.
Au cours de la journée les animaux se consacrent aux activités principaux, c’est à dire manger et trouver une place au soleil pour se réchauffer.